AMELIOR Association des Marchés Economiques Locaux Individuels et Organisés du Recyclage

Marché des biffinEs samedi 8 aout de 7h à 20h sous la halle du marché croix de chavaux à Montreuil

Plus de 250 récupérateurs-vendeurs présents dans une ambiance conviviale, familiale et solidaire. Venez nombreux!

Achetez malin achetez biffins! 

On cherche des bénévoles pour nous aider, surtout entre 18h et 20h pour redistribuer aux personnes présentes environ 2 tonnes de biens invendus ramenés par les biffins en fin de marché et pour laisser la halle impeccablement propre comme d'habitude! 

Merci et à samedi!

Asso AMELIOR

Posté par AMELIOR à 08:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Marché des biffinEs samedi 11 juillet de 7h à 20h sous la halle du marché croix de chavaux à Montreuil

Le déchet absolu n’existe pas...

Déchet ? Ordure ? Poubelle la vie ?

Ce qui est communément appelé « déchet » n’est qu’un « rebut » dont le devenir est incertain : déchet ou ressource ? C’est un peut(-)être. Comme l’a dit avant moi Huguette Bouchardeau, alors Secrétaire d’Etat à l’environnement (dans la préface du Catalogue associé à l’exposition « Déchets : l’art d’accommoder les restes » organisée par le Centre Georges Pompidou en 1983), le déchet absolu –c’est-à-dire qui ne peut servir à qui que ce soit, où que ce soit, quand que ce soit- n’existe pas. « Les déchets ne sont souvent que la manifestation de notre gaspillage ». Le déchet des uns peut ainsi faire la fortune d’autres, ... pour le moins l’affaire, voire la survie d’autres moins fortunés.

Le déchet, ou plutôt le rebut, s’inscrit trop souvent sur le registre de l’obscène, c’est-à-dire de ce qu’on ne doit pas montrer, selon un code bourgeois de bienséance. Il fait figure de « non-moi », alors qu’il est encore un « moi », renié, refoulé dans l’inconscient. 

Il s’inscrit souvent dans les marges, mais –ainsi que l’a montré Jean Gouhier, géographe de l’université du Mans- la marge peut être féconde. Comment passer du rejet au projet ? C’est ce qu’AMELIOR entend concrétiser en prolongeant la vie des objets récupérés, en leur donnant une seconde chance.

On peut rappeler que le premier arrêté du préfet Poubelle, de novembre 1883, dans son article 7, visait à interdire le chiffonnage, mais, suite aux véhémentes protestations des biffins, soutenus par des journalistes et des politiques (« Poubelle affame les chiffonniers »), un nouvel arrêté, de mars 1884, a modifié cet article, autorisant le triage par les biffins.

Les biffins font trop souvent l’objet de brimades et de tracasseries administratives, alors qu’ils jouent un rôle positif à la fois aux plans social, culturel, économique et environnemental ; réduction du flux de déchets à collecter et éliminer par la municipalité, ainsi que des dépenses sociales, par une double récupération : celle d’objets rebutés et celle d’individus en marge d’une société polissée et inégalitaire qui, selon les lois du marché, exclut une part croissante de population. Ne méritent-ils pas d’être aidés, plutôt que d’être pourchassés ? AMELIOR démontre une capacité d’organisation pour structurer ce mouvement social.

Le marché des biffins de Montreuil m’est apparu comme une manifestation alliant l’économique, le social, le convivial et une certaine culture, du non-gaspillage, du réemploi, de l’échange et de l’entraide. Les jours de marchés, ce qui n’a pas été vendu ou repris est mis à disposition de tout un chacun, suivant une économie du don ; en toute fin, le reste du reste (faute de temps et de moyens humains, pour retrier encore)est chargé par les biffins eux-mêmes, pour faire place nette. Ce reste du reste pourrait en effet encore être retrié et valorisé,... jusqu’au zéro déchet ?

Pour finir (mais l’histoire du déchet est en réalité une histoire sans fin, celle d’un et caetera), je reprends le fil d’Huguette : « Pourquoi ne pas rêver d’une société sans déchet,...d’une société ou rien, ni personne, ne serait résiduel...N’est-ce pas un horizon vers lequel il faudrait s’efforcer d’aller ? ».

Gérard Bertolini, « déchéticien », Directeur de Recherche au Centre National de la recherche scientifique. 

Merci de votre soutien et rdv samedi 11 juillet! voici quelques liens utiles et d'actualités! L'association AMELIOR

article http://www.alterecoplus.fr/plein-ecran/les-biffins-valorisent-nos-poubelles-pour-vivre-201506101700-00001285.html

vidéo https://paris-luttes.info/brutalite-ordinaire-un-policier-en-3419

documentaire de Marioninthewoods : les anonymes de la Nationhttps://www.youtube.com/watch?v=sa1AHaRsCW8 a partir de la 13eme minute 

interview mémoire des luttes: http://www.medelu.org/Les-pauvres-s-organisent-au-coeur 

réflexion 
« A quoi servent les anthropologues ? Réflexion sur les usages sociaux de la recherche en Sciences sociales »
http://audioblog.arteradio.com/post/3065162/journee_paris_8__v_milliot/ 

participation d'Amelior sur la brocante à romainville
http://www.ville-romainville.fr/cadre-de-vie/actualités/31-mai-brocante-de-la-ville 

avec nos amiEs http://www.fillesdufacteur.org/marche-des-biffins-du-mois/ 

dans le journal Le Monde http://alternatives.blog.lemonde.fr/2015/07/03/la-selection-alternative-de-la-semaine-43/
vous trouverez http://wos-agencedeshypotheses.com/wos-reportage/rues-marchandes/

https://lejournal.cnrs.fr/articles/la-seconde-vie-des-objets

http://www.francetvinfo.fr/france/la-seine-et-marne-ne-veut-plus-etre-seule-a-gerer-les-dechets-de-region-parisienne_969249.html

http://www.actu-environnement.com/ae/news/banque-mondiale-crise-gestion-urbaine-dechets-pays-urbanisme-2025-15879.php4

http://www.reporterre.net/La-croissance-verte-est-une-mystification-absolue

Posté par AMELIOR à 12:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Marché des biffin.e.s mercredi 10 juin//Appel à signatures solidaires!

CP de l’association AMELIOR à l’occasion de son prochain marché des biffinEs, le mercredi10 juin 2015 de 7h à 20h sous la halle du marché Croix de Chavaux (Montreuil)

 Ce marché de l’occasion et de la récup’, n’est pas une brocante ni un vide-grenier. Quoi qu’il propose à peu près les mêmes produits, de la perle rare chinée aux objets du quotidien de seconde main, il est tenu par des professionnelLEs du glanage et de la récup', les biffinEs. Ces descendanEs des chiffonnierEs pratiquent, comme eux, le tri et la récupération à la source, réduisant les déchets des consommateurs en récupérant par leurs propres moyens, toute l’année, une partie de ce qu’ils mettent à la poubelle et dans les rues, et qui est encore utilisable ou valorisable. Leur situation actuelle est cependant différente, tant la crise économique a décuplé le nombre de personnes ayant besoin de recourir à la biffe, et tant la réponse à ce problème est, en Île-de-France, inexistante, centrée uniquement sur la répression, l’envoi de police et de camion-bennes qui ne peuvent que déplacer le problème tout en aggravant les dépenses publics tout en appauvrissant les plus démunis. Ainsi, chasséEs de villes qui ne leur proposent aucune solution décente, vivant pour la plupart sous les seuils de pauvreté, souffrant de mal-logement et d’autres nombreux facteurs d’exclusions (chômage longue durée, handicap, absence de papiers....), les biffinEs sont très souvent contraints de vendre comme ils le peuvent, où ils le peuvent, «à la sauvette», dans des espaces non prévus pour cette activité, et qui pâtissent de cette occupation sauvage. Nuisances, conditions de travail indécentes et répression policière aggravent la précarité de la situation tout en renforçant les tensions avec les riverains et les autorités.

 Or notre marché, s’il n’est ni une brocante, ni un vide-grenier, n’est pas non plus un marché à la sauvette, et encore moins l’organisation du recel ou de la misère. Il se veut un moyen de lutter contre la pauvreté, une alternative à ces pratiques contraintes, désespérées parfois, auxquelles les biffinEs sont à proprement parler abandonnés, dans un véritable déni de responsabilité inquiétant de la part des pouvoirs publics. L’alternative que nous proposons s’oppose à cette criminalisation de la pauvreté et à l’absence de dialogue social; elle propose une alternative pensée par les intéresséEs, dans un souci d’ouverture et de solidarité. En effet, c’est grâce à l’engagement courageux de biffinEs excluEs, refusant de considérer la misère et l’illégalité comme des fatalités, désireux de travailler dignement et de s’en sortir par eux-mêmes, qu’un espace comme celui-ci a pu être ouvert. Notre présence collective sur la voie publique, dans une halle municipale, est légale, elle le fruit d’un accord et d’un travail commun avec les services de la Ville de Montreuil. Les biffinEs qui y vendent sont membres de l’association, adhèrent et cotisent annuellement, se réunissent pour s’organiser et militent pour la reconnaissance de leurs droits de travailleurs et de citoyens, pour la plupart éligibles aux aides sociales. Sur le marché, le travail est commun et autogéré: si chaque biffin vend pour son compte sa propre récup’, il participe de la bonne tenue du marché, veille à l’ordre des emplacements, à la propreté des lieux. ChacunE paye sa place à un prix proportionnel à ses moyens, et les revenus par là dégagés sont réinvestis dans l’organisation associative des marchés. Ainsi, chacunE aide l’autre à bénéficier de cette œuvre collective – et cela inclut le public d’acheteurs, qui bénéficie de la mise sur le marché de produits d’occasion à bas coût, et d’une animation de l’espace public, solidaire et créatrice de lien social.

 Lien social qui ne peut perdurer de manière saine que dans des espaces accueillants, régulés et prévus à cet effet, en continuité avec un travail social nécessaire. Il y a là des responsabilités à assumer, qui sont aussi des choix de société à faire. Car lutter contre la pauvreté par le travail, lutter contre l’exclusion par l’échange et la rencontre sur une voie publique dont les marchés ont toujours été le cœur, c’est aussi renouer le lien aujourd’hui perdu entre économie, social et écologie.

 Nous, biffinEs, acheteurs et soutiens, citoyenNEs et associations solidaires, demandons aux pouvoirs publics la reconnaissance de la légitimité des marchés d'économie populaire des récupérateurs, leur pérennité et leur développement à Paris et en île de France.

 premiers signataires: Eric Pliez, président Association Aurore – Thierry Kuhn, président d’Emmaus- Association Sauve qui Peut (biffins de la porte Montmartre) - Bouq'Lib' – Collectif 3R (Réduire, réutiliser, recycler) - Collectif ARIVEM - Collectif Rues MarchandesAssociation  Filles du Facteur- RecupCrea // UpCycly - La Débrouille -  La Collecterie - Jean Baptiste Eyraud, DAL - Jacques Gaillot, évêque -  Le 115 du Particulier -  Juan Grabois  (Argentine) Movimiento de Trabajadores Excluidos ,Confederación de Trabajadores de la Economía Popular ,Encuentro Mundial de Movimientos Populares -  Lucia Fernandez  (Uruguay) WIEGO (Femmes dans l'emploi Informel: Globalisation et Organisation) - Association Comme Vous Emoi - Jean-philippe Gasparotto, secrétaire général CGT groupe caisse des dépôts - Jean Claude Oliva, Coordination Eau Ile De France - Myriam Gimenez, France Bénévolat -Virginie Milliot - Daniel Masson, militant d'Ensemble - Jeanne Studer – Remy Albaric – Claire Dehove et Julie Boillot-Savarin..

Posté par AMELIOR à 20:10 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Marché des biffin.e.s mercredi 20 mai de 7h à 20H

L'association AMELIOR organise mercredi 20 mai de 7h à 20h sous la halle du marché Croix de chavaux à Montreuil un marché mensuel uniquement dédié à la vente de produits de recup' par les biffin.e.s adhérent.e.s

puces-c3afc 

C'est par le travail en amont de la collecte municipale, par leur tri sélectif à la source dans les "poubelles" - ces contenants à objets réemployables et matériaux recyclables - et dans les rues que (sur)vivent actuellement en île de France environ 4000 biffin.e.s.

La rétribution qu'ils espèrent de leurs acheteurs est la récompense de cet effort de récupération. La présence de ces stands d' objets d'occasion à croix de chavaux est l'occasion pour les acteurs et habitués des marchés aux puces d'économie populaire et aux passantsnombreux de soutenir ce dynamisme marchand, la convivialité de l'accueil et les meilleures conditions de travail, de rencontres et d'echanges s qui sont proposées par plus de 250 biffin.e.s. Parmi eux beaucoup habitent Montreuil mais aussi Bagnolet, Paris, Vincennes, St Mandé, Neuilly, Bondy, Aulnay, St Maur, Creteil... Ce sont plus de 55 communes de France, pour 1500 adhérent.e.s biffin.e.s, que compte l'association depuis sa création en aout 2012.

IMG_5270

Pendant ce marché social de la récupération, les biffins présent.e.s fabriquent avec leurs acheteurs une économie solidaire directe d'environ 20 000 euros par marché, valeurs ajoutées qui repartent ensuite dans l'économie réelle tout en répondant immédiament aux besoins de ces personnes qui vendent et achètent... Ces ressources ou économies, uniques ou supplémentaires, permettent à ceux qui en ont le plus besoin d'avoir accès à des biens courants ou des droits fondamentaux évidents, bien que de plus en plus difficilement atteignables...

Environ 15 tonnes d'objets par jour de marché à croix de Chavaux sont issus de la collecte individuelle des biffin.e.s, pour laquelle ces travailleur.se.s ne touchent aucune rétribution, ni subvention, de la part des pouvoirs publics; leur apport volontaire et redistribution se fait au plus offrant lors de leur remise en vente. Biff(e)
L'utilité et le bien fondé économique, social et environnemental, politique et juridique, de l'organisation de ces marchés aux puces est a aujourd'hui à ré-étudier. 
Depuis mars 2013, en 23 marchés, les biffins vendant mensuellement à croix de chavaux ont inventé à partir de la recup' environ 460 000 euros, et réemployer approximativement 300 tonnes de produits sinon promis au rebut, c'est dire à l'incinération couteuse et dangereuse pour la santé et le climat. 
734172_304776086317628_1760692353_n 

 Les biffin.e.s, dans la sauvegarde des matériaux et des objets, au vu del'investissement public quasi inexistant, et de la pleine réussite dans redistribution économique et sociale, ont historiquement été les précurseurs du tri à la source et du zéro déchet, ils ont la vocation à le redevenir puis à le rester, pour peu que les pouvoirs publics ne les considèrent pas a tort comme des exclus à exclure encore plus, en les incriminant alors que certains sont déjà victimes de discriminations... 

Manifestation des associations AMELIOR et Sauve qui peut lors du dernier Conseil de Paris, pour demander des places et des marchés pour les biffins (sept.2014) En effet, trop rares sont les dispositifs territoriaux favorisant ses marchés économiques et sociaux qui permettent pourtant à la fois de faire respecter les droits fondamentaux et de lutter contre la pauvr

eté des personnes en situation de grande exclusion. Mais aussi d'être utile aux plus grand nombre dans la défense du pouvoir d'achat des classes populaires et moyennes, tout en favorisant la rencontre et en dynamisant l'espace public comme les marchés réguliers, ont vocation a le faire.

Ainsi des politiques alternatives à la répression, des politiques qui visent le su

ivi social et non pas l'exclusion, telles que celles menées à Paris dans le 18eme et le 14eme arrdt depuis 2009 et 2010 doivent être reproduites d'urgence dans les arrondissements ou il y en a le plus besoin (20e, 19e, 10e, 11e, 13e) et dans d'autres communes d'Île de France, afin d'inclure dans l'espace public des lieux de ventes réguliers de produits de recup', comme il y a des lieux de vente d'alimentaire ou de produits neufs.

Les projets d'avenir ne manquent pas pour l'accès des récupérateurs et recycleurs aux marchés et dans l'économie circulaire.Avec la volonté politique et la participation de tou.te.s,au dialogue social, l'organisation de ces marchés et le développement des métiers afférent du recyclage et lduréemploi permettront de tenir un modèle innovant et durable de lutte contre les exclusions, le chômage et le réchauffement climatique. 

L'association AMELIOR

7065_10203928712372035_5219623058347559936_n

 

 

 

 

puces-c3afcIMG_5270

Posté par AMELIOR à 10:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Dans Le Parisien, le marché solidaire de Printemps à La Noue à Bagnolet

Bagnolet : marché solidaire à la Noue

17 Avril 2015, 20h00 | MAJ : 17 Avril 2015, 20h00

 

Illustration. Les biffins déballent leur marchandise ce samedi à La Noue. Illustration. Les biffins déballent leur marchandise ce samedi à La Noue. (DR.)

L’association Amelior, qui soutient les biffins, organise ce samedi à Bagnolet le premier marché solidaire de printemps. Avec le Centre Social Guy Tofoletti, l’association a invité plusieurs associations consacrées à la récupération au recyclage à faire découvrir leur activité aux habitants.

Les biffins de l’Amelior, qui se réunissent régulièrement sous la halle du marché de la Croix-de-Chavaux, viendront notamment déballer leurs objets d’occasion, transformant tout le quartier en un grand marché.

Ce samedi de 8 heures à 18 heures à la Noue à Bagnolet.

http://www.leparisien.fr/bagnolet-93170/bagnolet-marche-solidaire-a-la-noue-17-04-2015-4702765.php#xtref=http%3A%2F%2Fwww.google.fr%2Furl%3Fsa%3Dt%24rct%3Dj%24q%3D%24esrc%3Ds%24source%3Dweb%24cd%3D1%24ved%3D0CCAQFjAA%24url%3Dhttp%253A%252F%252Fwww.leparisien.fr%252Fbagnolet-93170%252Fbagnolet-marche-solidaire-a-la-noue-17-04-2015-4702765.php%24ei%3D0Jg4VdSiHszbaPW8gKAK%24usg%3DAFQjCNGnn0ssU7BIwxFQcv4d7fFUfja5bA%24sig2%3DwL4ivxWRGcX8zxGdLuAAUw%24bvm%3Dbv.91427555%2Cd.d2s

Posté par AMELIOR à 09:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]



SAMEDI 18 AVRIL Marché Solidaire de Printemps à La Noue à Bagnolet

 

RUES MARCHANDES-18-4-15-def-1biffins-lanoue-14juin14-1Les filles du facteur

L’association AMELIOR a le plaisir de vous inviter au premier Marché Solidaire de Printemps le samedi 18 avril de 8h à 18h à la Noue à Bagnolet. Avec le Centre Social Guy Tofoletti, qui fait vivre le quartier depuis 30 ans, nous inviterons plusieurs associations consacrées à la récupération au recyclage et à la solidarité  à faire découvrir leur activité aux habitants, et à partager ensemble une journée associative et conviviale. Les biffins de l’association AMELIOR viendront notamment déballer leurs objets d’occasion, transformant tout le quartier en un grand marché.

Dans la continuité des expérimentations et dispositifs menés dans le 18e, le 14e, et à Montreuil, qui depuis 2009 visent l’inclusion des biffins par l’organisation des marchés, la ville de Bagnolet permet aux biffins adhérents d’AMELIOR d’accéder à la ville et de dynamiser l’espace public. En juin 2014, l’association avait participé à la Fête de quartier de La Noue, permettant à des biffins d’y tenir un stand, et avait pu constater l’importance du rôle joué par le tissu associatif et les initiatives locales dans cet espace enclavé, à la population dense et relativement jeune. Revenir en avril 2015 pour y organiser un marché, c’est permettre aux biffins de participer à cette dynamique, de tenir un rôle qui n’est pas qu’économique mais aussi social. Un marché solidaire, c’est en effet le moyen pour tous de s’équiper à bas coût, mais aussi de partager un moment de découverte et d’échange dans un cadre convivial et citoyen – et ce, en bas de chez soi, avec ses voisins ou connaissances proches, dont font partie de nombreux biffins de l’association. En effet, parmis nos 351 adherents  issus de toute l’Île-de-france, 93 sont bagnoletais, et vivent notamment à la Noue. Pouvoir vendre près de chez eux, lier des contacts durables avec la population tout en s’assurant de débouchés pour son activité – voilà une sécurité à laquelle aspire cette population en grande précarité.

Le 18 avril est aussi la journée de mobilisation anti-TAFTA, de lutte et de prévention contre le développement de modes de (sur)production et de (sur)consommation dont on connaît déjà les effets néfastes sur la santé, l’environnement, et même l’économie : utilisation de produits toxiques, extraction des ressources naturelles que l’on sait limitées, transport avec de l’énergie carbone, gaspillage de denrées, objets et matériaux recyclables jetés et incinérés… Il est largement temps de proposer des alternatives économiques viables à un modèle que l’on sait dépassé, et le marché que nous tiendrons ce jour-là, dans la région (93) qui accueillera la COP 21 en décembre 2015, s’inscrit dans cette lutte globale et radicale pour une économie plus durable, plus saine et plus juste. Si l’on estime qu’un biffin collecte et propose à la vente entre 10 et 80 kilos de biens de récup’, un marché comme celui organisé à Croix de Chavaux une fois par mois par AMELIOR permet à l’ensemble des 250 biffins de valoriser entre 2,5 tonnes et 20 tonnes par marché. Vêtements chaussures, livres, objets de tous les jours et raretés, l’accès à ces biens est la base indispensable de l’économie circulaire  sans laquelle l’objectif zéro déchet ne pourra pas être atteint. Il en va donc de la défense de l’intérêt général et du climat de faire avancer les droits des récupérateurs-vendeurs et de reconnaître qu’ils sont garants d’une économie populaire redistributrice, sociale et écologique. C’est aussi promouvoir cette économie que nous inviterons ce samedi Les Filles du facteur (artisanat à partir de sachets plastiques),le collectif Autogestion pour proposer de la restauration, Rues Marchandes (collectif de recherche-action sur la biffe et les marchés de rue), que le centre social Tofoletti ouvrira sa Cyclofficine (récupération et réparation de vélos…) C’est du côté de ces initiatives locales, engagées, courageuses, qu’il faut regarder si l’on veut croire que des solutions sont possibles et qu’il n’est pas trop tard pour agir. CHANGEONS LE SYSTÈME PAS LE CLIMAT ! Droit à la biffe, à la ville, à une vie saine et indépendante !

 Marché Solidaire de Printemp le samedi 18 avril de 8h à 18h face au centre social guy toffoletti  au 43-45-49 rue Charles Delescluze à La Noue à Bagnolet Métro Gallieni ligne 3, bus 122 arrêt Charles Delescluze.

pied par le parc départemental Jean Moulin...

Posté par AMELIOR à 23:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les meilleurs poissons d’avril en Seine-Saint-Denis. 2 avril 2015

Les meilleurs poissons d’avril en Seine-Saint-Denis

   Joey Starr avec Jean-Loup Salzmann, président de Paris 13. Joey Starr avec Jean-Loup Salzmann, président de Paris 13. (DR/Photomontage.)

Le département n’a pas échappé à la tradition du poisson d’avril ce mercredi. Florilège.

Aubervilliers et Stains déclarent leur indépendance. Ces deux villes communistes sont en première ligne pour protester contre la baisse des dotations d’Etat aux collectivités. En ce 1er avril, elles ont choisi l’humour pour en remettre une couche : elles ont tout simplement annoncé… leur indépendance ! Nomination d’un ambassadeur, création d’un péage aux postes frontières à l’entrée des villes… Les Etats stanois et albertvillarien organiseront prochainement leurs cérémonies d’indépendance devant leur mairie !

Joey Starr et Valérie Damidot au chevet de Paris 13. La fac de Villetaneuse s’est défoulée sur son site web : elle promet, photomontage avec son président Jean-Loup Salzmann à l’appui, que la future bibliothèque de l’université sera baptisée du nom du rappeur et acteur né à Saint-Denis.

Elle sera construite près de « l’étang à loutres » installé dans la fac ! Un campus qui sera redécoré par l’animatrice de M 6 Valérie Damidot, dont le président participera à Koh-Lanta, et dont les étudiants joueront avec le PSG en Ligue des champions ! Un vrai festival…

Ségolène Royal avec les biffins de Montreuil. La ministre criera : « Vive la biffe et les biffin.e.s ! » le 8 avril à l’occasion du marché organisé par l’association Amelior à la Croix-de-Chavaux. L’association qui défend la reconnaissance de ces vendeurs à la sauvette imagine même le discours de Ségolène Royal à l’occasion : « chaque commune devra organiser son marché des biffins, comme elle organise un marché alimentaire… »

Les Murs à pêche et Patrick Bessac. « Parole, Parole, Parole », c’est ce refrain qu’entonne une chorale sur le site des Murs à Pêche en guise de « Joyeux anniversaire » au maire (PCF) de Montreuil Patrice Bessac, un an après son élection à la mairie. Le tube de Dalida est notamment suivi d’un autre tube, de Jeanne Moreau, « J’ai la mémoire qui flanche, je ne me souviens plus de rien », façon d’ironiser sur les engagements de campagne jusque-là non tenus de l’édile, à propos notamment du classement du site.

Posté par AMELIOR à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Marché des biffins mercredi 8 avril à Montreuil. Annonce de la maire de Paris à propos des biffin.e.s. CP du 1er avril !

CP 1er avril 2015.
L'association AMELIOR vous propose un extrait du discours de Mme Hidalgo qui sera prononcée mercredi 8 avril lors de la visite de Segolene Royal, ministre de l'écologie, et des élus du conseil de Paris sur le marché des biffins à Montreuil..
Images intégrées 1
" Contrairement à l'obsolescence programmée, les libertés démocratiques ne s'usent que si l'on ne s'en sert pas..." Images intégrées 2

La ministre de l'écologie Ségolène Royal et moi-meme avons réalisé l'importance du rôle écologique des biffin.e.s., et surtout le caractère scandaleux des inégalités qu'ils subissent, ainsi que de la répression, du mépris et de l'ignorance dont ils font l'objet depuis 10 ans maintenant. Considérant leur utilité sociale et la gravité de leur situation, considérant les principes démocratiques, égalitaires, solidaires et écologiques que nous reconnaissons, nous avons décidé d'adopter d'urgence les mesures qui s'imposent de bon sens.

- L'argent voté en 2010 par la région Ile-de-France  en faveur de l'organisation des biffins  sera alloué aux biffins. 
- La rue Lucien Lambeau dans le 20eme arrdt, fermée au public du jeudi soir au mardi matin depuis août 2014 sera reconvertie en rue. Autrement dit les grilles qui la ferment seront décadennassées, et la rue ouverte à la circulation du public, et valorisée comme marchande et solidaire. 
- Chaque commune devra organiser son marché des biffins, comme elle organise un marché alimentaire - avec des jours, des horaires, des lieux précis, une répartition intelligente des stands, un nettoyage en fin de marché, et un droit de place au prix proportionnel aux revenus de ceux qui en ont besoin. Des espaces de vente de vente de produits de récup' verront ainsi le jour dans tout Paris, de façon à éviter le gaspillage des ressources et l'achat compulsif de biens neufs inutiles et à courte durée de vie. Les travailleurs biffins qui exercent l'activité de tri selectif de récuperation en amont de la collecte municipale et la maitrise de la revente sur l'espace public pourront y être accueillis normalement, c'est à dire sans violence physique, spoliation, évacuation, insultes.

- Les frontispices des mairies qui ne proposent aucune place pour leurs biffins verront le slogan "Liberté, Égalité, Fraternité" remplacé par " Va voir là-bas si j'y suis".

- Une statue informe représentant le préfet Poubelle sera inauguré au milieu de la fontaine de la place Gambetta dans le 20eme arrdt. Cette statue sera entièrement créée à partir d'un tas de récup' de machefer toxique issu des filtres des cheminées des incinérateurs de Romainville et d'Ivry. Ce tas de machefer est gracieusement offert par la société privée Derichebourg qui travaille à Porte Montreuil depuis 2010 ( 180 000 euros par an), en remerciement des contrats obtenus depuis l'affaire Mireille Flam.
-Les élus du conseil de Paris feront chaque dimanche une marche partant le matin de la place de l'Abbé Pierre dans le 13eme arrdt pour se rendre à la fresque le représentant dans le 18eme arrdt, après être passés par la place Mohamed Bouazizi  dans le 14eme arrdt. De retour le soir dans la grande salle de l'Hotel de ville, une table ronde itinérante passera de bureau en bureau  sur le theme "spiritisme et socialisme" et tachera de rappeler le combat contre la pauvreté cher à l'Abbé Pierre en appelant l'esprit de l'Abbé Pierre  à être là et à s'exprimer sur le sens de l'action sociale, de la solidarité et de l'écologie auprès de l'exécutif parisien.

- une carte individuelle de récuperateurs vendeurs valorisateurs sera octroyer à tou.te.s les biffin.e.s  signataire de la charte du biffin, s'engageant a ne vendre  que de la recup'. Cette carte autorise son détenteur à commercer sur l'espace public dans des lieux jours et horaires, ainsi que dans de nombreux autres dispositifs d'inclusion, qui seront établis en accord avec les biffins et leurs associations lors de rencontres de travail avec les élus concernés. Les biffins pourront vendre de la récup' et obtenir leur carte de marchand volant R.O.M (Revendeurs d'Objets Mobiliers d'occasion). Ils pourront  donc travailler sur les  marchés alimentaires existants mais aussi dans des P.U.C.E.S.(Périmètre d'Usage de Consommation Ecologique et Solidaire).

- l'égalité des droits des travailleurs biffins sera donc garantie, et l'égalité des territoires en sera renforcée, dans le cadre du développement économique et social et des projets du Grand Paris. Chaque arrondissement et commune dont les biffins sont les résidents proposera un nombre de place et de marchés en fonction.

- les organisateurs de vide-greniers qui réservent des places pour des biffins verront le prix du mètre linéaire demandés par la mairie de Paris baisser en fonction de l'importance de l'inclusion des biffins dans ces vide-greniers. Si 20% de biffins sont présents , ils bénéficieront d'une baisse de 20% sur le prix du mètre linéaire à acquitter. Si 100% de biffins sont présents au vide grenier, l'organisateur béneficiera de 100% de gratuité sur l'espace public.

L'annonce de l'ouverture des Etats Géneraux de l'Economie Populaire, bien qu'étant encore informelle, viendra compléter les efforts engagés afin que le changement de politique attendue par les citoyens en Mai 2012 puis en Mai 2014 soit maintenu. Réalisant que les personnes concernées doivent être inclues dans le dialogue social, que les acteurs sont les premiers innovateurs, les pouvoirs publics inviteront les associations de biffins pour un cycle de réunion de travail, d'échange et de dialogue social, dans le but d'organiser la formation, la professionnalisation et l'accès au droit des biffins. Réalisant que l'envoi de la police sur des personnes en situation de précarité, de fragilité sociale et souvent physique, est inefficace et criminelle, ils reconnaîtront que l'absence de marchés organisés est la cause du développement des marchés à la sauvette, et cette négligence communale sera pénalisée. En cas de fraude de la part de certaines communes encore conservatrices, la place de l'Hôtel de Ville sera tenue à disposition des biffins victimes de leur injustice, en attendant que réparation soit faite.

Ségolène Royal et moi même déclarons: "Vive la biffe et les biffin.e.s ! Tou.te.s avec nous à Montreuil de 7h à 20H à l'occasion du 21eme marché organisé par l'association Amelior sous la halle du marché croix de chavaux depuis 2 ans"

BON POISSON D'AVRIL!

Posté par AMELIOR à 10:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

prochain marché des biffin.E.s mercredi 8 avril 2015 de 7h à 20H à croix de chavaux à Montreuil !

Venez nombreux.ses!

plus d'info sur https://www.facebook.com/AssociationAmelior 

IMG_5270 A BIENTOT!

 

Posté par AMELIOR à 10:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Prochain Marché des biffins Samedi 7 mars 2015 sous la halle du marché croix de chavaux à Montreuil de 8h à 19H

Prochain Marché des biffins Samedi 7 mars 2015 sous la halle du marché croix de chavaux à Montreuil de 8h à 19H

A l'occasion de notre 20eme marché sous la halle, nous célébrerons la journée des droits de la femme avec nos adhérentes biffines, acheteuses ou simples visiteuses, sur ce marché dont elles sont elles-mêmes les actrices, incluses et inclusives socialement !
Biffins 2

Nous rappelons qu'un biffin sur 2 est une biffine : retraitées, mères et grand-mères de famille, parfois seules, veuves, invalides, demandeuses d'emploi, réfugiées, travailleuses pauvres, sans aucune ressource ou insuffisantes pour vivre, éloignées de l'accès aux droits fondamentaux et sociaux, vivant sous les seuils de pauvreté, ces femmes qui valorisent nos déchets en les remettant dans le circuit de l'occasion montrent que cette économie locale répond à des besoins urgents dans une société en proie à de gravissimes inégalités économiques. Que ce soit par leur présence marchande, par l'aide à l'organisation associative, par les échanges, par leur accueil, elles accomplissent courageusement une activité exclue, mais par laquelle elles peuvent lutter contre d'autres types d'exclusion. Elles méritent le soutien et la reconnaissance de tous dans la lutte contre la pauvreté et le gaspillage.

Biffins 2 ter


Leur donner accès au marché est une forme de soutien. L'existence d'un marché des biffins organisé par une association de biffins et de bénévoles, fort de l'expérience de 20 marchés regroupant plus de 200 biffins, répond par l'action sociale aux problèmes concrets de pauvreté et de déclassement qui touchent durablement les classes moyennes et populaires, et qui mettent en danger les plus démunis d'entre nous.
Les biffins et biffines présents y sont tous adhérents de l'association pour un coût de 2 euros l'année, s'engagent à respecter la charte du vendeur, et à participer à l'accueil convivial et au nettoyage de sa place (acquittée pour un prix de 3 euros les 2 mètres) et du marché en fin de journée, avant l'arrivée des services de propreté de la Ville de Montreuil.
Venus des arrondissements parisiens ou ils n'ont pas leur place et sont chassés s'ils essaient de vendre, venus également de communes de toute l'Île de France, plus de 1000 biffins ont adhéré à l'association AMELIOR depuis ses débuts en août 2012.

 

Biffins 2 bis

Marché solidaire, il présente toute les qualités d'un marché moderne (couvert, pourvu d'éclairages et de prises électriques pour tester les objets électriques et électroniques) et d'un espace associatif (stand de l'asso destiné à accueillir les biffins, amis et proches autour d'un café ou d'un thé, espace où ils peuvent laisser quelques affaires personnelles ou emplettes encombrantes, trouver une chaise où se reposer...), point de rencontre et d'échanges, au sein duquel l'action sociale, l'accompagnement, devrait être développé.
Marché d'occasion, le neuf y est interdit : il propose 100% de produits de recup', à un prix à portée de toutes les bourses. C'est en tonnes que se calculent les déchets changés en marchandises par les biffins, qui les soustraient à la gestion des communes sans autre rétribution que le fruit de leurs ventes en circuit court, directement du récupérateur à l'acheteur. Or ceux-ci ne reçoivent, au contraire, que du dénigrement et de la précarisation : Paris, capitale européenne de la répression des récupérateurs du fait d'une gouvernance qui depuis 10 ans brille par son absence de volonté d'intégration des biffins aux marchés, continue à oeuvrer à l'encontre du droit des personnes, du dialogue social et démocratique, et même du bien commun, puisque les tonnes confisquées aux biffins et confiées à des bennes privés sont finalement incinérées.


Le marché des biffins à Montreuil cherche à montrer une voie possible pour que chaque commune ou arrondissement puisse, à son tour, proposer des dispositifs sociaux et économiques égalitaires et intégrateurs pour les marchands de recup'. C'est avec cette ambition - créer, avec ces marchés, de nouveaux circuits et de nouveaux métiers utiles à l'économie populaire - que les représentants d'AMELIOR seront présents, en compagnie de l'association Sauve qui peut (biffins de la Porte Montmartre) et à l’invitation d’Anne Hidalgo et Antoinette Guhl, au lancement des États Généraux du Grand Paris de l’Economie circulaire, le mercredi 11 mars prochain à l’Hôtel de Ville de Paris.

Nous vous remercions pour votre lecture, pour votre soutien, et espérons vous voir nombreux ce samedi 7 mars sous la Halle.

illustration de Felipe Vincenot http://felipe.vincenot.free.fr/

Posté par AMELIOR à 14:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]