AMELIOR Association des Marchés Economiques Locaux Individuels et Organisés du Recyclage

prochain marché des biffin.E.s mercredi 8 avril 2015 de 7h à 20H à croix de chavaux à Montreuil !

Venez nombreux.ses!

plus d'info sur https://www.facebook.com/AssociationAmelior 

IMG_5270 A BIENTOT!

 

Posté par AMELIOR à 10:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Prochain Marché des biffins Samedi 7 mars 2015 sous la halle du marché croix de chavaux à Montreuil de 8h à 19H

Prochain Marché des biffins Samedi 7 mars 2015 sous la halle du marché croix de chavaux à Montreuil de 8h à 19H

A l'occasion de notre 20eme marché sous la halle, nous célébrerons la journée des droits de la femme avec nos adhérentes biffines, acheteuses ou simples visiteuses, sur ce marché dont elles sont elles-mêmes les actrices, incluses et inclusives socialement !
Biffins 2

Nous rappelons qu'un biffin sur 2 est une biffine : retraitées, mères et grand-mères de famille, parfois seules, veuves, invalides, demandeuses d'emploi, réfugiées, travailleuses pauvres, sans aucune ressource ou insuffisantes pour vivre, éloignées de l'accès aux droits fondamentaux et sociaux, vivant sous les seuils de pauvreté, ces femmes qui valorisent nos déchets en les remettant dans le circuit de l'occasion montrent que cette économie locale répond à des besoins urgents dans une société en proie à de gravissimes inégalités économiques. Que ce soit par leur présence marchande, par l'aide à l'organisation associative, par les échanges, par leur accueil, elles accomplissent courageusement une activité exclue, mais par laquelle elles peuvent lutter contre d'autres types d'exclusion. Elles méritent le soutien et la reconnaissance de tous dans la lutte contre la pauvreté et le gaspillage.

Biffins 2 ter


Leur donner accès au marché est une forme de soutien. L'existence d'un marché des biffins organisé par une association de biffins et de bénévoles, fort de l'expérience de 20 marchés regroupant plus de 200 biffins, répond par l'action sociale aux problèmes concrets de pauvreté et de déclassement qui touchent durablement les classes moyennes et populaires, et qui mettent en danger les plus démunis d'entre nous.
Les biffins et biffines présents y sont tous adhérents de l'association pour un coût de 2 euros l'année, s'engagent à respecter la charte du vendeur, et à participer à l'accueil convivial et au nettoyage de sa place (acquittée pour un prix de 3 euros les 2 mètres) et du marché en fin de journée, avant l'arrivée des services de propreté de la Ville de Montreuil.
Venus des arrondissements parisiens ou ils n'ont pas leur place et sont chassés s'ils essaient de vendre, venus également de communes de toute l'Île de France, plus de 1000 biffins ont adhéré à l'association AMELIOR depuis ses débuts en août 2012.

 

Biffins 2 bis

Marché solidaire, il présente toute les qualités d'un marché moderne (couvert, pourvu d'éclairages et de prises électriques pour tester les objets électriques et électroniques) et d'un espace associatif (stand de l'asso destiné à accueillir les biffins, amis et proches autour d'un café ou d'un thé, espace où ils peuvent laisser quelques affaires personnelles ou emplettes encombrantes, trouver une chaise où se reposer...), point de rencontre et d'échanges, au sein duquel l'action sociale, l'accompagnement, devrait être développé.
Marché d'occasion, le neuf y est interdit : il propose 100% de produits de recup', à un prix à portée de toutes les bourses. C'est en tonnes que se calculent les déchets changés en marchandises par les biffins, qui les soustraient à la gestion des communes sans autre rétribution que le fruit de leurs ventes en circuit court, directement du récupérateur à l'acheteur. Or ceux-ci ne reçoivent, au contraire, que du dénigrement et de la précarisation : Paris, capitale européenne de la répression des récupérateurs du fait d'une gouvernance qui depuis 10 ans brille par son absence de volonté d'intégration des biffins aux marchés, continue à oeuvrer à l'encontre du droit des personnes, du dialogue social et démocratique, et même du bien commun, puisque les tonnes confisquées aux biffins et confiées à des bennes privés sont finalement incinérées.


Le marché des biffins à Montreuil cherche à montrer une voie possible pour que chaque commune ou arrondissement puisse, à son tour, proposer des dispositifs sociaux et économiques égalitaires et intégrateurs pour les marchands de recup'. C'est avec cette ambition - créer, avec ces marchés, de nouveaux circuits et de nouveaux métiers utiles à l'économie populaire - que les représentants d'AMELIOR seront présents, en compagnie de l'association Sauve qui peut (biffins de la Porte Montmartre) et à l’invitation d’Anne Hidalgo et Antoinette Guhl, au lancement des États Généraux du Grand Paris de l’Economie circulaire, le mercredi 11 mars prochain à l’Hôtel de Ville de Paris.

Nous vous remercions pour votre lecture, pour votre soutien, et espérons vous voir nombreux ce samedi 7 mars sous la Halle.

illustration de Felipe Vincenot http://felipe.vincenot.free.fr/

Posté par AMELIOR à 14:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

émission sur l'asso amelior et les biffins jeudi 5 fevrier sur France 4 à 20H35

émission sur les biffins ce soir http://www.france4.fr/emission/le-point-quotidien/diffusion-du-05-02-2015-20h35 n'hesitez pas a partager l'information ! Marché ce samedi 7 fevrier à croix de chavaux à Montreuil de 8h à 19h! venez nombreux!

Posté par AMELIOR à 17:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

ASSOCIATION AMELIOR – LES BIFFINS RAPPORT D’ACTIVITÉS 2014

QUI SOMMES-NOUS ?

L'association AMELIOR a pour ambition de développer la récupération et le recyclage populaires, en apportant son soutien aux récupérateurs-revendeurs, les biffins, par l’organisation de nouvelles formes locales d'économie de la récupération.
Fondée en août 2012 par Martine Huser et Samuel Le Cœur, AMELIOR est née de plusieurs constats. D'abord, celui de l'absence de réponse concrète, de la part des institutions municipales franciliennes, aux appels formulés maintes fois par des biffins confrontés à des problèmes de plus en plus graves : absence de places spécialement dédiées à la biffe dans l'espace urbain, limitation des espaces pérennes existants (puces, brocante, carré des biffins...), cherté des espaces éphémères (le mètre linéaire pouvant atteindre 25 euros sur un vide-grenier parisien)... Et, pour conséquence, la contrainte pour la plupart des biffins de vendre « à la sauvette » : dans des espaces où la biffe n'est ni autorisée, ni organisée, de ce fait non protégée. De là, deux phénomènes : d’une part, la forte dévalorisation du métier de biffin, identifié à celui de vendeur à la sauvette, et devenant source de nuisances publiques ; d’autre part, un renforcement de la répression judiciaire et policière sur les biffins eux-mêmes1. Ainsi, les biffins se trouvent réprimés (expulsés de l'espace public, arrêtés, spoliés de leurs biens mis à la benne sans inventaire...), alors même qu'on refuse de les sortir de l'illégalité et de la précarité qui est la leur, et s’aggrave de ce fait; alors même que la biffe est une solution économique nécessaire en ces temps de crise économique ainsi qu'environnementale.
C’est dans le but de défendre leur métier – et leur personne – contre ces abus, de donner à la récupération-revente la place qu’elle mérite sur l’espace public, que l’association est née en août 2012.

LES MARCHÉS

Permettre aux biffins d’accéder à des lieux de vente autorisée et encadrée est une priorité pour l’association. Dans sa forme même, l’association est structurée en vue de cela ; en effet, la carte d'adhésion à l'association (acquise pour 2 euros l'année en 2014) donne droit au biffin-adhérent de vendre toute l’année sur les marchés de l'association, ou sur les espaces qu’elle parvient à occuper sur d’autres marchés. Ce, pour un prix estimé proportionnellement aux nécessités économiques de la biffe, et souvent au niveau de vie même des biffins – deux euros le mètre pour une journée de marché (le tarif augmentant au- delà de deux mètres afin d’éviter les déséquilibres entre vendeurs, et de pouvoir intégrer le plus de monde possible).

1 Cf. l’article 446-1 du Code pénal qui depuis la loi Loppsi 2 dispose que « la vente à la sauvette est le fait, sans autorisation ou déclaration régulière, d’offrir, de mettre en vente ou d’exposer en vue de la vente des biens ou d’exercer toute autre profession dans les lieux publics en violation des dispositions réglementaires sur la police de ces lieux » . Il s’agit depuis d’un délit puni de 6 mois d’emprisonnement et de 3.750 euros d’amende.

En devenant membre, le biffin se place sous la responsabilité de l'association, et est assuré dans l'exercice de son activité. Il doit adhérer à la « charte du biffin », par laquelle il déclare avoir plus de 18 ans et être domicilié en Europe, et s’engage à ne vendre que des objets issus du recyclage et de la récupération, prenant et acte du fait que sont interdits à la vente les produits alimentaires, les objets issus du recel, les armes, les drogues, le neuf, les cosmétiques. Chaque biffin vend sur les marchés ou stands AMELIOR ses propres marchandises, et en retire son propre bénéfice. Ainsi, la biffe est légalisée et encadrée sans être pour autant centralisée; on doit penser l'organisation de la vente à AMELIOR sur un modèle fédéral. Chacun est responsable de la tenue de son stand, tant pour les prix pratiqués que pour le nettoyage, par exemple. Les biffins ne souhaitant pas remporter chez eux leurs invendus sont également invités à les donner : depuis 2014, l’association organise en fin de marché des stands de gratuité avec ces invendus, afin qu’ils soient récupérés gratuitement et sans atteinte à la propreté des lieux de marché.

C’est ainsi que l’association entend proposer un nouveau modèle d'organisation de la biffe en ville, qui tienne compte des nécessités économiques auxquelles sont confrontés les biffins, et respecte l'indépendance et la mobilité des biffins. Les biffins sont nombreux en Île de France ; ils ont besoin de vendre régulièrement et si possible dans des endroits proches de leur lieu de résidence ou d’activité. Le marché des biffins doit devenir un service de proximité, une ressource locale, tant pour eux que pour leurs acheteurs. En effet, le marché répond à un besoin, celui des acheteurs et des riverains : organiser un marché public, ouvert à tous et respectant la propreté et la tranquillité du quartier, met à la portée de chacun des produits du quotidien à bas prix, et anime l’espace social. C’est un événement fédérateur, apprécié de tous et créant du lien social tant parmi les vendeurs qu'avec leurs acheteurs.

Pour toutes ces raisons, le souci premier de l’association est d’organiser des marchés, ou de s’ associer avec des marchés existants, de donner aux biffins des places pour vendre et faire (re)connaître leur activité. En 2014, l’ association AMELIOR a tenu un marché des biffins mensuel sous la halle Croix de Chavaux. En effet, après s’être vu octroyé en 2013 le droit d’y organiser 4 marchés expérimentaux, le dispositif a été est pérennisé pour 2014. Le marché, mensualisé, devient un véritable rendez-vous de quartier, où environ 200 biffins adhérents peuvent déballer leurs marchandises toute la journée. Dans cet espace public de 2200 m2, l'association s’implante dans un territoire dont sont issus beaucoup de biffins, et dans lequel nombreux sont les ménages demandeurs en équipements à bas coût. Il répond à une réelle demande locale, d’ autant plus que l’ année 2014 a vu se renforcer la répression dans la zone des puces de la Porte de Montreuil (devenue ZSP) , dont beaucoup de biffins et acheteurs dépendaient pour vivre. Le dispositif, qui se veut une alternative à cette voie répressive, a pour vocation d’être étendu. A la rentrée 2014, l’ association entame donc des négociations avec la ville de Bagnolet, confrontée alors à une recrudescence des marchés à la sauvette du fait de la ZSP. Un marché des biffins doit y être expérimenté en 2015.

L’association a également pu négocier des stands de biffins dans des vide-greniers et évènements organisés par d’autres structures (vide-greniers de quartier, fête de Montreuil, de Comvousémoi, de La Noue; forum des associations de Bagnolet ; Système-Day à Paris 20e...) Elle a également pu y être invitée à organiser la récupération-don des invendus à la de fin de vide-greniers confrontés au problème de leur gestion (stand de gratuité à la fin de la fête de Comvousémoi). Chaque fois, il s’agit de donner aux biffins l’accès à des places pour vendre, de présenter leur activité et leurs compétences à des publics nouveaux, et de montrer comment elles peuvent être intégrées à l’espace public, à ses dynamiques existantes et ses acteurs. Pour tout cela, l'association n'a bénéficié en 2014 d'aucune subvention ; elle fonctionne pour l''instant de manière auto-gérée, grâce aux adhésions, au revenu des places sur les marchés et à l'énergie de ses bénévoles.

* LA RÉCUPÉRATION ET LE RECYCLAGE *

Dans un même souci de limiter la production de déchets et de développer une consommation d’occasion plus respectueuse de l’environnement, l’association propose aux franciliens de récupérer à domicile les objets et meubles dont ils ne veulent plus. Plutôt que de les jeter, ils peuvent les donner à l’association afin qu’ils soient revendus sur les marchés des biffins, au bénéfice de l’association et donc de l’organisation de ces marchés. En 2014 des collectes ont ainsi été effectuées par les bénévoles de l’association à Paris, Montreuil, Bagnolet, Arcueil...

Les biens récupérés sont stockés dans un local à Bagnolet, qui de 2013 à 2014 a également hébergé des activités de recyclage des métaux, en lien avec les associations Emmabuntus et SOS Architecture Tiers-Monde. Ces partenariats ont cessé en 2014, suite à la création par cette dernière d'une entreprise consacrée uniquement au recyclage, financée par le Comptoir Général et embauchant deux personnes recrutées en emploi aidé par Amelior en 2013. Le Centre des Objets Perdus au Comptoir Général est devenu une boutique indépendante de l'association, tenue par Martine Huser.
Le recyclage des matériaux reste cependant un des objectifs de l'association : à la rentrée 2014, Amelior a commencé à travailler avec la nouvelle équipe municipale de Bagnolet sur le projet de transformation de ce local en recylerie coopérative.

* L'INTERPELLATION PUBLIQUE *

L'association AMELIOR considère l’interpellation des institutions et le travail de communication, de sensibilisation du grand public aux problèmes liés à la biffe, comme un prolongement nécessaire de son activité.

Cela implique la dénonciation des problèmes sociaux, économiques, juridiques que rencontrent les biffins aujourd’hui : marginalisation de l'espace public, répression policière, précarité économique, dévalorisation de leur image et de leur métier, invisibilité médiatique sont autant de phénomènes qu'il est nécessaire de pointer du doigt. Le discours répressif, qui fait du renforcement de la présence et de l’intervention policière la seule manière de « gérer » le problème de la biffe à la sauvette nous entraîne dans un cercle vicieux : augmentant la précarité et la pauvreté des biffins elle les enjoint, non pas à cesser de vendre là où ils le peuvent, mais à vendre plus, plus vite, moins cher, de nuit, en changeant sans cesse d’endroit... Les nuisances générées par l’inorganisation des lieux de vente en sont simplement déplacées à mesure que les marchés à la sauvette se déplacent, et en sont en général renforcés (absence de toilettes, de poubelles, de nettoyage en fin de marché, abandon des marchandises dans l’urgence de fuir la police, conflits avec un voisinage qui souffre de cette inorganisation...)

2014 fut une nouvelle année d’urgence majeure de ce point de vue-là, dans la mesure où la Porte de Montreuil ainsi que le quartier des coutures à Bagnolet ont fait l’objet de politiques répressives supplémentaires (fermeture de la passerelle Lucien Lambeau, passage au statut de Zone de Sécurité Prioritaire de la zone des puces de la Porte Montreuil), obligeant les biffins à se déplacer dans d’autres endroits (Bd de la Villette à Belleville, Barbès...), toujours de manière inorganisée.

La question environnementale est également au coeur du discours d'AMELIOR : récupération et recyclage, plutôt que gaspillage et extractivisme, sont des nécessités pour parvenir à une économie écologiquement viable, produisant moins de déchets et faisant moins pression sur les ressources naturelles. La compétence des biffins, récupérateurs de déchets et vendeurs de produits d’occasion revalorisés, mérite d’être reconnue et prise pour modèle d’une économie et d’un mode de vie écoresponsables.

AMELIOR entend donc se positionner comme interlocuteur dans ces questions humanitaires, socio-économiques et environnementales. En 2014, l'association est ainsi invitée dans de nombreux débats, festivals, projections, rencontres... Qui ont pour thèmes ces problèmes et les solutions que les citoyens peuvent leur apporter (Systèmes-Day, mouvement Zero Waste...)

En 2014 l’association a été invitée par le mouvement Justice et Paix à la Rencontre Mondiale des Mouvements Populaires au Vatican. Du 27 au 29 octobre, à Rome et au Vatican, 150 associations du monde entier, dont les recicladores, catadores et cartoneros d’Amérique du Sud, sont invitées à parler de leur lutte et se rencontrer.

Le président d’AMELIOR y est invité, avec le président des biffins de la porte montmartre de l'association de Sauve-qui-peut, à représenter les biffins parisiens dans ces journées, en présence notamment du pape François et du président colombien Evo Morales. Elle s’y rend en toute laïcité afin de représenter les biffins franciliens et de présenter leur lutte dans cet espace de reconnaissance internationale.

Enfin, l'association intervient sur le terrain des institutions, pour interpeller directement les pouvoirs publics sur l'urgence de la situation, les interroger sur les avancées concrètes réalisées pour la biffe, tout en se posant elle-même comme force de proposition et d’action. Les demandes de rendez-vous avec les élus parisiens à la propreté, à la lutte contre l'exclusion, à l'économie sociale et solidaires, multipliées en 2014, demeurent sans réponse. Pour briser ce silence, l'association organise des manifestations ; en septembre 2014 elle manifeste sur le parvis de l’Hôtel de Ville, lors de la réunion du Conseil de Paris, ainsi que devant la mairie du 20e arrondissement.

Elle intervient lors de rencontres citoyennes pour présenter la situation des biffins et les solutions qu’elle propose, essaie de développer un réseau d’acteurs solidaires de la récupération, qu’elle invite sur ses marchés (Disco Soup, Gars pilleurs, Les filles du facteur) ou avec lesquels elle participe à des programmes de lobbying ou de recherche-action (Zero Waste, Acteurs du Paris Durable, Rues Marchandes...)

En 2014, AMELIOR continue à répondre à l’appel des medias, que ce soit la presse (Le Canard Enchaîné, Libération, La Croix, Direct Matin, Le Parisien...), la TV (France 4, France 24, France 3 Regional...), la radio (France Inter, Radio Campus, Fréquence Paris Plurielle), le web (Reporterre, 75020.fr)... Ou encore des reporters et documentaristes indépendants, désireux de montrer l’activité des biffins et de faire avancer la réflexion sur les solutions possibles à la crise que rencontre la biffe en Île de France depuis ces dernières années.

Pour se faire connaître et sensibiliser à son combat, l’association génère également sa propre communication, via Internet et les réseaux sociaux (blog de l’association, Facebook de l’association), ou via la diffusion de tracts, flyers et affiches informant des activités, évènements ou positionnements de l’association.

Posté par AMELIOR à 17:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Prochain marché des biffins à croix de chavaux à Montreuil le samedi 7 fevrier de 8h à 19H

IMG_5270A la demande générale des acheteurs, chineurs, et citoyens "consomm'acteurs" responsables et solidaires, suite aux nombreuses sollicitations venues des parisiens et des habitants de toute l'ile de france, l'asso AMELIOR vous annonce qu'elle organise son prochain marché des biffins samedi 7 fevrier de 8h à 19h sous la halle du marché croix de chavaux à montreuil . Environ 200 marchands de recup présents! Si certains d'entre vous se demande comment nous aider, vous etes les bienvenus entre 18h et 19h afin d'organiser avec nous le stand de redistribution pour les glaneurs avec les invendus des biffins en fin de marché, avant le passage des agents de propreté de la Ville de Montreuil ! Merci de votre soutien et à bientot!

IMG_5283IMG_5289

 

Posté par AMELIOR à 11:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]



marché des biffins samedi 10 janvier 2015 de 8h à 19h à Montreuil

69934019imagesimages-810366173_10153017978808470_4912921150440558929_n

 

 

$(KGrHqIOKp0FJFIhw(PDBSSYLGKTQw~~60_35

Nous sommes fiers de vous annoncer que le marché des biffins de Montreuil est reconduit pour une année sous la Halle. Mais en cette journée de deuil national, nos pensées vont d'abord vers les grands militants qui ont été sauvagement assassinés hier.
On est nombreux à avoir grandit avec leur dessins et à avoir tout simplement développé notre conscience politique avec leurs vannes. Quelque part iLs nous ont donné la force de nous battre pour notre pensée et de croire à notre boulot. C'est pourquoi, ce mois-ci, nous nous exprimerons par des dessins plutôt que par des mots. Les notres, et surtout les leurs. Nous sommes Charlie, aussi.

Posté par AMELIOR à 09:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

AMELIOR à la RMMP

AMELIOR à la Rencontre Mondiale des Mouvements Populaires

Du 27 au 29 octobre 2014 s’est tenue, à l’initiative du Conseil pontifical et de l’organisme « Justice et paix », la première Rencontre mondiale des mouvements populaires à Rome et dans la cité du Vatican. Parmi les 150 groupes internationaux invités - représentant des habitants des bidonvilles, des sans-logis, des paysans sans terre ou encore des réfugiés climatiques - se trouvaient des récupérateurs de matériaux recyclables (recicladores, cartoneros, catadores…) ainsi que les biffins parisiens, représentés par le secrétaire de l’association Sauve-qui-peut (Y. Grimaldi) et le président de l’association AMELIOR (S. Le Cœur).

  

Le président de l’association AMELIOR rencontre les représentants de recycleurs colombiens, argentins et vénézueliens.

 

Les biffins parisiens étant des travailleurs opprimés, privés de leur accès au droit du travail, dénigrés dans les discours et écartés des politiques qui les concernent, cette invitation à un tel événement a été pour l’association AMELIOR un signe précieux de reconnaissance. En toute laïcité, elle s’est donc rendue à Rome pour participer aux débats (consacrés aux thèmes « Terre, Logement, Travail »), participer aux séances de travail, rencontrer les fédérations de recycleurs, et prendre la parole pour présenter à l’assemblée l’histoire des chiffonniers parisiens et de leur lutte. Elle a également profité de ce séjour pour visiter de nombreux marchés romains – formels ou informels - et rencontrer les récupérateurs revendeurs locaux.

 

Le 28 octobre, en présence d’Evo Morales, le pape François (compagnon de lutte des cartoneros argentins) a lui-même tenu un discours dont on retiendra les paroles suivantes : « Malgré cette culture du déchet, cette culture du surplus, beaucoup d’entre vous, travailleurs exclus, les surplus de ce système, vous avez inventé votre propre travail avec tout ce qui semblait ne plus pouvoir être utilisé (…) »  ajoutant qu’ « en plus du travail, c’est de la poésie » et que tout travailleur, quel que soit son statut, « a droit à un juste salaire, à la sécurité sociale et à une retraite digne »[1].

 

 

Dans son discours, ainsi que dans la déclaration finale de la Rencontre des mouvements populaires, le pape a insisté sur le rôle destructeur de la financiarisation d’une économie mondiale qui ne vise plus que le profit, au détriment des droits humains, du progrès social et de l’équilibre environnemental, notamment dans les pays du Sud. Dans la déclaration finale, les participants considèrent qu’il faut « chercher dans la nature inéquitable et prédatrice du capitalisme qui fait passer les profits au-dessus de l’être humain la racine des maux sociaux et environnementaux ».

 

 

Pendant les prises de parole

 

L’association AMELIOR se reconnaît dans ces discours, comme dans les valeurs défendues par les représentants de ces 150 mouvements en lutte - parmi eux, nombreux sont ceux qui ont témoigné des effets socialement et écologiquement désastreux des modes de production et de consommation des pays industrialisés. L’association espère qu’elles seront entendues et appliquées tant au niveau global qu’international, quels que soient l’origine, la religion ou le niveau de vie des populations concernées.

L’association constate avec espoir que, à l’international et par les plus grandes institutions, sont reconnus tant la valeur métier de biffin, que le rôle nécessaire des plus exclus dans la résolution des problèmes et des crises de notre temps.

 

 

DISCOURS DU PAPE FRANÇOIS AUX PARTICIPANTS À LA RENCONTRE MONDIALE DES MOUVEMENTS POPULAIRES

(Salle ancienne du Synode, Mardi 28 octobre 2014)

 

« Malgré cette culture du déchet, cette culture des surplus, beaucoup d’entre vous, travailleurs exclus, les surplus de ce système, vous avez inventé votre propre travail avec tout ce qui semblait ne plus pouvoir être utilisé mais vous, avec votre savoir-faire artisanal que Dieu vous a donné, avec votre quête, avec votre solidarité, avec votre travail communautaire, avec votre économie populaire, vous avez réussi et vous êtes en train de réussir. Et permettez-moi de vous le dire, en plus du travail, c’est de la poésie! Merci.

 

Désormais, chaque travailleur, qu’il soit plus ou moins dans le système formel du travail salarié, a droit à une rémunération convenable, à la sécurité sociale et à la couverture de la retraite. Ici, il y a les cartoneros, les recycleurs, les marchands ambulants, les tailleurs, les artisans, les pêcheurs, les paysans, les maçons, les mineurs, les ouvriers d’entreprises récupérées, les membres de coopératives de tous types et les personnes occupant des emplois les plus communs, qui sont exclus des droits des travailleurs, qui se voient refuser la possibilité d’avoir un syndicat, qui n’ont pas de revenu suffisant et stable. Aujourd’hui, je veux joindre ma voix à la leur et les accompagner dans la lutte. »



[1] Voir le discours complet du pape à la fin de cet article

A QUI VONT LES CADEAUX DE NOËl ?

Noël, Noël... Alors que cette année, en France nous prévoyons de dépenser en moyenne 531euros pour cette occasion, nous sommes nombreux à ne plus vouloir distribuer cet argent à des fabricants dont on connaît le peu de considération qu’ils ont pour le droit du travail (H&M, Auchan, Zara1...), pour la juste redistribution des richesses (IKEA2), ou pour les problèmes environnementaux causés par leurs politiques d’obsolescence programmée (Apple, Epson3...). D'une manière générale, nous savons qu'il est problématique d'acheter sans cesse de nouveaux produits neufs, dont nous nous séparerons bientôt, pour en acquérir d'autres.

Pourtant, pour ce Noël, ce sont encore 9,5 millions de produits high tech, dont 2,2 millions de smartphone qui doivent être achetés. Depuis le 1er décembre, il s'est vendu un smartphone neuf toutes les 2 secondes en France – alors même que la plupart des foyers consommateurs sont déjà équipés, que la hausse du pouvoir d’achat et la croissance de l’emploi ne sont pas tout à fait à l’ordre du jour, quelles conditions de production de ces objets sont criminelles au regard de notre droit4... Parmi les 13 millions de peluches vendues par an en France, seules 1% sont Made in France5...En faisant des cadeaux à nos proches, nous continuons à en faire à ces entreprises, qui certes n'ont pas été très sages...

 

Sans doute parce qu'il est difficile de trouver des alternatives à ces modes de consommation, qui ont le monopole de l'offre et de la communication, dont les grandes enseignes ne cessent de proliférer à chaque coin de rue7, avec aides à l'installation et exonérations fiscales à la clé. Il nous serait bien plus facile de « changer nos habitudes » si nous avions des solutions simples, en bas de chez nous, à petit prix.

C’est dans cet esprit que l’association AMELIOR réclame le développement d’une économie populaire de la récupération, en organisant des marchés locaux des biffins. Ces marchés de l’occasion, où les produits neufs sont strictement interdits, proposent des produits récupérés uniquement. Ce sont des marchés fédéraux, où chaque biffin adhérent vend pour lui-même ce qu’il a récupéré, sans qu’une entreprise privée centralise les recettes ou les éventuels dons drainés par cette activité8. Ils proposent un modèle d’activité indépendante, pour des personnes éloignées d’un marché de l’emploi bouché9, aujourd’hui d’autant plus exclues qu’elles sont traitées à tort comme des vendeurs à la sauvette, par ces mêmes mairies qui leur refusent l’accès au droit du travail. Marchés populaires, fédérant aujourd'hui plus de 200 biffins, ils sont ouverts à tous, intégrés dans une dynamique associative locale, et des prix très bas y sont pratiqués.

On y propose ainsi une consommation qui ne rime pas avec extraction (de matières premières) et destruction (de produits abandonnés considérés comme déchets); qui ne rime pas avec exploitation, répression ou pseudo-insertion de travailleurs de plus en plus pauvres; qui ne rime pas avec portefeuille-pressé-comme-un-citron.

Organiser sainement le marché de l’occasion, sous la forme de marchés populaires de la récupération, c’est œuvrer à une décroissance de la production sans décroissance de l’emploi ni du niveau de vie des ménages – au contraire, en ouvrant des emplois verts et en pratiquant des prix tout doux. En ces temps de crise l’urgence est grande ; à l'heure où le travail dominical fait débat à Paris, et que les vendeurs d'occasion sont exclus des marchés découverts parisiens10, nous rappelons que les biffins, qui ont inventé ces puces qui font le bonheur des parisiens le dimanche, sont les premiers à avoir besoin du statut de R.O.M (Revendeurs d'Objets Mobiliers) et de bénéficier des P.U.C.E (Périmètre d'Usage de Consommation Exceptionnel) !

Des marchés, oui, mais des biffins !

Des P.U.C.E oui, mais pour les R.O.M !

Des cadeaux, oui, mais MADE IN CHINEURS !

Prochain marché des biffins le 13 décembre de 8h à 19h sous la halle du marché Croix de Chavaux à Montreuil

 

-3

 

 

1 Trois entreprises dont les vêtements étaient confectionnés au Rana Plaza CF http://www.alternatives-economiques.fr/bangladesh---les-lecons-du-rana-pla_fr_art_633_63965.html

2 Le patron d’IKEA est accusé de fraude fiscale depuis 2011 (https://www.rts.ch/info/monde/2923383-enorme-fraude-fiscale-autour-du-patron-d-ikea.html )

3 A ce sujet, voir notamment Prêt à jeter, documentaire de C. Dannoritzer sur l’obsolescence programmée de nos objets et appareils (https://www.youtube.com/watch?v=J-XGn32vYQU), ainsi que le rapport des Amis de la Terre (http://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/rapport_op_bdef_2_.pdf)

4Sur ce point, voir le documentaire d'E. Lucet, Les secrets inavouables de nos téléphones portables ( http://www.dailymotion.com/video/x29bu1n_les-secrets-inavouables-de-nos-telephones-portables-cash-investigation-1-3_people )

5 http://www.planetoscope.com/insolite/noel-noel-

6La taxe d'enlèvement des ordures ménagères et des encombrants revient en effet aux contribuables, quel que soit leur niveau de vie ou l'importance du gaspillage qu'ils génèrent.

7 http://www.reporterre.net/spip.php?article6568

8Notre organisation diffère ainsi de celles des entreprises d'insertion centralisées et subventionnées, dont les bénéfices sont privés et dont l'opacité dans le traitement des dons a récemment été soulignée par un reportage d'Envoyé Spécial (https://www.youtube.com/watch?v=x5iKiOjhPI0 )

9Sur les problèmes liés au mythe de l'insertion professionnelle dans le travail social en général et dans l'organisation de la biffe en particulier, voir le témoignage de Y. Grimaldi et P. Chouatra sur leur travail au Carré des biffins (18e) dans De seconde main : vendeurs de rue et travailleurs sociaux face à face dans la crise (éd. L'Harmattan, Paris 2014)

10La réglementation des marchés découverts parisiens interdit en effet leur accès aux vendeurs d'occasion. Seuls sont autorisés les produits alimentaires et les objets neufs...

Posté par AMELIOR à 14:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

AMELIOR invité a la rencontre mondiale des mouvements populaires au vatican, 27,28,29 octobre

"Malgré cette culture du rebut, cette culture des excédents, un grand nombre d’entre vous, à l’exclusion des travailleurs, qui êtes en excédent pour ce système, vous avez inventé votre travail avec tout ce qui semblait ne plus pouvoir être utilisé. Grâce à votre habileté artisanale, que Dieu vous a donnée, votre recherche, votre solidarité, votre travail communautaire, votre économie populaire, vous avez réussi, vous êtes en train de réussir... Et, laissez-moi le dire, ce n’est pas seulement du travail, mais de la poésie! Merci.

Déjà à présent, chaque travailleur, qu’il appartienne ou non au système officiel du travail salarié, a droit à une rémunération digne, à la sécurité sociale et à une retraite. Ici il y a les cartoneros, ceux qui recyclent, les vendeurs ambulants, les tailleurs, les artisans, les pêcheurs, les maçons, les mineurs, les ouvriers d’entreprises relancées, les membres de coopératives en tous genres et des personnes qui exercent les métiers les plus communs, qui sont exclues des droits des travailleurs, auxquelles est niée la possibilité d’avoir un syndicat, qui n’ont pas une rémunération adaptée et stable. Je désire aujourd’hui unir ma voix à la leur et les accompagner dans la lutte."

le Pape Francois,
rencontre mondiale des mouvements populaires, 28 octobre 2014

le président de l'Asso Amelior en discussion avec le Pape Francois

avec les recycleurs cartoneros d'argentine de colombie et du venezuela

IMG_5588

IMG_5592

IMG_5625

Posté par AMELIOR à 14:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]



Fin »